Epure
Julia Dupont
du 28 janvier au 21 février 2020

Les photographies de Julia Dupont nous invitent à observer de près des murs marqués
par la végétation installée au fur et à mesure, traces du temps qui passe. L’artiste a
arpenté un couvent abandonné à Sintra et y fait surgir des fantômes, des présences
par la lumière, qui nous guident vers le hors champs de l’image. Notre regard peut
alors fuir malgré les murs qui nous arrêtent.
Cette douce lumière les caresse et révèle la mémoire de ceux et celles qui ont habité
ce lieu isolé.


Par cette recherche photographique, Julia Dupont a enquêté sur l’histoire d’un
territoire, le pays dont elle est originaire. Ses images transmettent également une
typologie d’un habitat.


Elles nous font entrer à l’intérieur d’un bâti, qui fut clôt et que l’artiste nous ouvre.
Ses photographies convoquent le silence, le recueillement, l’attention et une
contemplation, un moment où songer à la vie des personnes qui ont vécu en
communauté dans ce lieu désormais confié à la nature.
Certaines sont ouvertes vers l’extérieur, un environnement boisé. D’autres offrent un
point de vue frontal qui suggère l’enfermement et l’envie d’ailleurs.


En regardant l’ensemble de la série, nous prospectons comme l’artiste sur une
potentielle présence, comme si les murs parlaient. D’une cavité, d’une fenêtre, d’une
porte vers la pierre, nous tentons de trouver le chemin. Julia Dupont nous propose un
parcours intérieur et révèle ici la roche, point de départ de l’architecture.
Des poèmes, écrits suite à ses prises de vue témoignent de sensations vécues, de
rencontres qu’elle garde en mémoire.


Pauline Lisowski